ROHINGYAS : déportations et massacres en règle commis en Birmanie

ROHINGYAS : Une effroyable purification ethnique et un véritable génocide sont actuellement en cours en Birmanie (Myanmar).
Pourquoi la communauté internationale s’indigne quand il s’agit pays riches et se tait quand il s’agit de peuples pauvres et dépourvus ?
Ce deux poids deux mesures finira par entraîner l’Humanité entière dans de terribles conflits entre les Puissants et les Misérables

 

 

Le droit d’ingérence : oui, mais pas pour sauver des populations musulmanes

Où est ce droit d’ingérence, ce principe moral qui donne le droit d’intervenir dans un pays, quel qu’il soit, dès lors que des massacres seraient commis, et notamment contre des minorités ? Ces prétextes invoqués pour une intervention massive en Irak, en Libye et en Syrie, pour ne citer que ces pays arabes et musulmans (majoritairement). Les Musulmans n’ont-ils qu’un droit universellement reconnu : celui d’être massacrés dans le silence le plus abject ? Quelles sont ces valeurs universalistes occidentales attachées au respect des Droits de l’Homme les plus élémentaires ? Je ne me reconnais plus dans ces valeurs qui faisaient la grandeur de la France et plus généralement des pays occidentaux. Des Birmans de confession musulmane (les Rohingyas) sont persécutés, déportés, massacrés, sauvagement exterminés par des bouddhistes extrémistes et racistes, sous l’œil étrangement attentiste d’une communauté internationale effroyablement lâche et silencieuse. Hommes, femmes, enfants n’ont aucune chance d’échapper à cette chasse à l’homme organisée, programmée et planifiée par des moines bouddhistes radicaux, assassins et criminels. Leur citoyenneté même leur a été retirée par le pouvoir (junte militaire) birman, à la solde du bouddhisme, mouvement ethno-politique majoritaire en Birmanie. Où est votre conscience, vos valeurs que vous vous nous vendez au quotidien et au prix fort à travers ? 

loading...

 

Les Rohingyas sont considérés comme des apatrides dans leur propre pays

Une loi a été votée en Birmanie (une injonction onusienne existe à ce sujet) ; cette loi retire la citoyenneté birmane à tous les musulmans Rohingyas. En dehors de l’Iran, de l’Algérie, de la Turquie, de la France (par la voix du Président Emmanuel MACRON) et de quelques autres pays, peu se sont émus du sort des Rohingyas. Nous connaissons la foi des Saoudiens, des Qataris et des autres pays des Émirats arabes unis. En effet, ceux-ci prêchent la Toute-Puissance d’Allah quand il s’agit de forer des puits de pétrole pour en tirer des richesses qu’ils dépenseront sans compter dans les hôtels luxueux et les casinos occidentaux, mais se réfugieront auprès des Américains, notamment, pour assurer leur protection. Quelle hypocrisie et quelle lâcheté de la part de ces pays (majoritairement wahhabites) corrompus ! Qu’attendent donc ces pays, ces puissants monarques pour exiger une saisine urgente du Conseil de Sécurité et demander l’arrêt immédiat des massacres en Birmanie, sous peine de représailles diplomatiques, économiques, voire militaires ? Ces silences coupables et complices disqualifient ces Etats qui ne sont plus que de vastes réserves de pétrole d’une humanité déjà à la recherche d’autres énergies, parce qu’en ce monde marchand les vies humaines sont moins rentables que les nouvelles énergies renouvelables. Les Rohingyas peuvent continuer à fuir, à tomber sous les balles des moines criminels bouddhistes, le monde entier s’en fiche ; les Rohingyas sont des musulmans, et en ces moments agités, tout musulman se voit être condamné d’office, sans jugement.

Le Bouddhisme, une « religion » qui enseigne le pacifisme, dites-vous ?

Le bouddhisme est une doctrine sectaire dogmatique basée sur une idolâtrie égocentrique, professant le polythéisme : adoration de statues, de sculptures humaines inertes, sourdes et muettes. Le bouddhisme est incompatible avec les valeurs religieuses, philosophiques et humaines enseignées par les trois principales religions monothéistes abrahamiques. En France, je n’ai entendu aucun digne représentant de cette philosophie, y compris monsieur Mathieu Ricard (représentant du bouddhisme en France), s’émouvoir et condamner les crimes contre l’Humanité commis en Birmanie, pays dans lequel des minorités chrétiennes, mais surtout musulmanes sont massacrées tous les jours. Y compris cette marionnette, ce pantin agent de la CIA, gratifié dernièrement d’un prix Nobel de la Paix – au nom d’une hypocrisie et d’une supercherie à l’échelon Planétaire – je veux parler de la députée : Aung San Suu Kyi «dame de Rangoun». Cette femme, aujourd’hui discréditée dans son propre camp, se serait, parait-il, battue – dans des résidences surveillées, des palais bouddhistes – pour l’instauration d’une démocratie en Birmanie. Quelle foutaise et quel mensonge à la face de l’Humanité ! Quand d’autres meurent pour la démocratie, elle, elle en vit !

Touhami Moualek

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez2
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez