Tariq Ramadan maintenu en prison à des fins de le briser psychologiquement ?

Tariq Ramadan
Tariq Ramadan

Tariq Ramadan reste en prison

 

Tariq Ramadan maintenu en prison envers et contre tout

Affaire Ramadan. Maître Francis Szpiner, ténor du barreau qu’on ne présente plus, est l’avocat de Madame Henda Ayari (on peut s’interroger au passage sur qui va payer les honoraires, car apparemment on met le paquet). Cette dernière a porté plainte contre Tariq Ramadan pour viol. Pour expliquer le maintien en détention de Tariq Ramadan, emprisonné, faut-il le rappeler, depuis début février dernier, Maître Szpiner argumente et s’appuie sur quatre points précis et, selon lui, essentiels.

Primo. Il indique que les défenseurs de Tariq Ramadan font croire à l’opinion que ce dernier serait victime d’un traitement particulier et injuste. Secundo. Tariq Ramadan est un ressortissant Suisse. S’il venait à fuir, on sait que la Suisse n’extrade pas ses propres Nationaux. Tertio. Les 150.000 euros proposés en caution par le détenu ne seraient pas des fonds provenant des deniers personnels du prévenu (référence à la cagnotte lancée en soutien à Tariq Ramadan). Quarto. Il faut éviter que les faits se reproduisent (nouveaux viols) et surtout tenir compte d’un climat de pressions ultimes exercées sur les plaignantes.

 

Tariq Ramadan, bouc émissaire dans une France anti-musulmans

Tariq Ramadan est un éminent intellectuel (islamologue) reconnu et respecté dans le monde musulman, notamment en France. On sait qu’il ne compte majoritairement, parmi l’élite intellectuelle française, et particulièrement dans le milieu de la politique, que des ennemis prêts à l’abattre, au moindre faux pas.

Alors oui, nous sommes nombreux à penser qu’il ne paie pas pour ce qu’il aurait commis, mais bien pour ce qu’il est et représente au sein de la communauté musulmane de France. Au regard d’affaires judiciaires similaires et comparables, il est le seul à avoir fait l’objet d’un déferlement (d’une violence inouïe) de haine et de racisme dans les principaux médias et d’avoir été désigné coupable, puis jeté en prison, sans même qu’il y ait eu un jugement loyal et impartial. La présomption d’innocence a été et est toujours bafouée à tous les niveaux.

Concernant la nationalité Suisse, il n’est aucunement dans l’intérêt de Tariq Ramadan de fuir la justice française. D’abord, il y a en Suisse des plaintes déposées contre lui. Ensuite, ce serait se discréditer encore plus aux yeux de ses partisans. Rappelons qu’il s’était présenté devant les juges de son plein gré, comme tout justiciable pensant pouvoir s’expliquer librement. S’il devait fuir, il l’aurait fait auparavant. Le prétexte de la fuite vers la Suisse (ou l’Egypte) ne semble pas sérieux. 

L’argument consistant à prétendre que les 150.000 euros, proposés en caution, ne sortiraient pas de la poche de Tariq Ramadan, et ainsi faire un parallèle avec la cagnotte lancée par ses soutiens, n’est pas honnête et de mauvaise foi. En effet, il est facile de s’assurer, sur un plan financier, de la provenance de fonds privés. De plus, Tariq Ramadan n’est pas à l’origine de cette cagnotte lancée par ses fidèles défenseurs. Celle-ci a été lancée spontanément et cela a été, me semble-t-il, une erreur.

Enfin, justifier que l’on maintienne Tariq Ramadan en prison pour éviter des récidives, cela signifie que ce dernier serait fou à lier et dans ce cas ce n’est pas en prison mais en psychiatrie qu’il faudrait l’envoyer ! Quant aux pressions exercées sur les plaignantes, la police, selon Henda Ayari elle-même, n’a pas jugé nécessaire de devoir prendre des mesures pour les protéger, c’est dire le peu de sérieux accordé à cette thèse. Cette affaire secoue la communauté musulmane au sein de laquelle il y a des pour et des contre. Mais de quelle Justice parle-t-on ? D’une justice à deux vitesses, celle des citoyens ordinaires et celle des citoyens musulmans ?

Touhami Moualek

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.