D. Deschamps s’est acharné sur Karim Benzema

Didier Deschamps s’est acharné sur Karim Benzéma qui paie la politique d’un groupe spécifique à Didier Deschamps et dont ce dernier est le seul apparemment à détenir le brevet

Rôle du manager (sélectionneur)

Nous connaissons le salaire d’un manager d’une équipe nationale de football. En France, ce salaire se situe au-delà de 200.000 € mensuel. Ce qui n’est pas rien. En contrepartie, le manager (je préfère ce qualificatif à sélectionneur) prend en charge l’équipe tant sur le plan de la préparation physique que sur le plan mental (psychologique).

Ce qui signifie clairement qu’il ne faut pas prendre les commandes d’un tel poste si l’on ne se sent pas apte à « gérer » différents caractères, différentes personnalités, bref, différents égos. Cela fait partie du challenge. Le rôle du manager est de mettre en confiance les joueurs, d’aider à créer un groupe solidaire et combattif, de faire en sorte que chacun trouve sa place et rechercher la complémentarité entre les joueurs.

La tactique de jeu et la stratégie sont à la seule charge du manager ; les joueurs, eux, mettent leurs talents individuels au service du jeu collectif et de la tactique. Voilà brièvement le rôle des uns et des autres, sachant évidemment que la gestion d’un groupe de personnes n’est jamais simple et demande beaucoup de savoir-faire, du caractère, le sens du relationnel et d’énormes qualités humaines.

Un grand champion a forcément un fort caractère

Le choix de Didier Deschamps est — selon ses propres justifications et aveux fournis devant une pléiade de journalistes sportifs — de privilégier d’abord l’état d’esprit d’un joueur avant ses qualités sportives et footballistiques.

Inutile de souligner que nous avons été nombreux à nous étonner d’une telle hypothèse. En effet, comment concevoir qu’un champion pourrait ne pas avoir de l’orgueil, de la passion, du caractère et un fort tempérament ? Ces ingrédients humains sont indispensables à tout champion.

L’état d’esprit d’un champion est de respecter son adversaire, mais pas forcément d’accepter la défaite ; de jouer et non pas d’être sur le banc des remplaçants ; de gagner et non pas de perdre ; d’être au-dessus du lot et non pas en dessous.

Cet état d’esprit se retrouve en chacun des joueurs et, paradoxalement, formera le fil conducteur qui les unira et fera d’eux des compétiteurs et des gagneurs. Qu’un joueur critique le manager n’est pas un crime si cela est fait dans l’objectif d’améliorer la cohésion et l’entente du groupe.

Didier Deschamps forme « son groupe » sur des critères plus que contestables

En contrepartie le manager doit tenir compte du tempérament et du caractère du joueur et tenter de le mettre en confiance, de le motiver, d’en obtenir le meilleur. Une équipe constituée « d’agneaux » aurait beau se tenir convenablement à table, tenir sa langue, faire honneur aux règles de bienséance, être gentille et polie, il n’empêche qu’elle se ferait vite croquer par une équipe de loups.

Dans une équipe, il faut des « combattants » et des « tueurs » au sens noble du terme pour gagner. La discipline et le moral d’un groupe sont meilleurs quand celui-ci gagne. Et pour gagner, il faut des joueurs de talent, c’est une évidence, mais il faut également des tempéraments de gagneurs.

Didier Deschamps a échoué dans sa mission d’intégrer tous les joueurs au sein du club France. Quand bien même Didier Deschamps rétorquerait que c’est à chaque joueur de s’intégrer naturellement au groupe ; car dans ce cas, nous n’aurions plus besoin d’un manager.

Il m’étonnerait fort, par exemple, que Christophe Galtier, entraîneur du PSG, ne fasse pas preuve de tact et de diplomatie pour ménager les susceptibilités des joueurs de la trempe et de la classe d’un M’Bappé, Messi, Neymar et autres vedettes du club. Bien sûr, ce ne doit pas être facile tous les jours. Cela fait partie du contrat.

Je pose cette question : est-il logique d’affirmer qu’un joueur — Karim Benzéma — possède toutes les qualités sportives d’un très grand champion et en dernier lieu de l’écarter, de l’évincer, et ainsi de le punir parce que l’on prétendrait, de manière très subjective, que celui-ci aurait un mauvais caractère, de mauvais comportements ? Qui plus est Karim Benzéma a été élu Ballon d’or 2022 (meilleur joueur au monde).

Priver un joueur de deux phases finales de Coupe du Monde — le rêve de tout joueur — sur des critères et des aspects reposant uniquement sur un caractère et une personnalité intrinsèque, me parait être une attitude particulièrement infondée et immorale. Je trouve cette attitude injuste et particulièrement discriminante sur un plan sportif.

On ne punit pas un champion, on reconnaît et on respecte ses qualités sportives et surtout on compose avec lui. On n’écarte pas un champion sur des considérations extra-sportives, on fait en sorte que ce champion donne le meilleur de lui-même au profit d’un groupe.

On est en droit de se poser des questions légitimes sur la méthode Deschamps

Je me pose la question de savoir, à la vue de ce qui se passe dans le pays de manière générale, s’il n’y a pas du racisme à l’égard des joueurs d’origine maghrébine. En effet, Karim Ziani, Hatem Ben Arfa, Samir Nasri et Karim Benzéma ont un point commun : ils sont maghrébins. Etrange que tous ces joueurs français de premier plan ont eu des problèmes avec Didier Deschamps.

Je reste persuadé, comme beaucoup de supporters des Bleus — dont j’aimerais ici être porte-parole — que Karim Benzéma paie le prix d’une multitude d’allégations soutenues par des joueurs frustrés, aigris et jaloux de son retour, tels Hugo Loris et Antoine Griezmann. Ce renvoi de Karim Benzéma est juste honteux, ignoble et moralement condamnable.

Je puis donc comprendre la frustration de Karim Benzéma et son mécontentement d’avoir été évincé d’un groupe (au sein duquel il avait largement sa place) non pas sur des raisons sportives mais sur des jugements de valeur ayant trait à sa propre personnalité et à des intérêts qu’il suscite pour les médias de la Planète. Karim Benzéma a eu la classe de partir sans claquer la porte et n’a pas fait en sorte de gêner ses coéquipiers par des déclarations fracassantes pendant la compétition. Signe qu’il est sage et a fait preuve de responsabilité. 

Une lourde faute morale

Didier Deschamps a eu tort et tôt ou tard sa conscience lui en fera grief. Priver un jeune joueur d’une Coupe du Monde dans ces conditions est un acte grave aux conséquences morales très lourdes.

Des joueurs de renom : Cantona, Anelka, Ben Arfa, Ginola et d’autres sont partis jouer à l’étranger parce qu’ils ne s’accordaient plus avec un certain public, certains journalistes et un certain état d’esprit ambiant au sein de la FFF même.

Et pourtant, en Angleterre, pour la plupart, ils ont été adoptés et considérés comme des joueurs exceptionnels.

La présence de Karim Benzéma au Qatar aurait été l’occasion pour l’équipe de France d’être portée par tous les Qataris parce que Karim est d’origine arabe. Les banlieues françaises auraient été également de la fête. On se plaint tous les jours que les jeunes de banlieues ne seraient pas « intégrés » alors que tout est prétexte à les exclure de la société.

Alors, monsieur Didier Deschamps, vous nous avez privés d’un exceptionnel champion au QATAR 2022, comme en 2016 (EURO en France) et 2018 (Mondial en Russie). Votre responsabilité morale est engagée devant des millions de fans de l’Equipe Nationale. Ainsi que votre complice Noël Le Graët qui a incendié gratuitement Zinedine Zidane (maghrébin aussi), l’icone française du foot.

DE QUEL DROIT Monsieur Deschamps avez vous commis volontairement cette énorme faute morfale ? Il faudra bien quez vous répondiez à cette question, un jour ou l’autre. Sinon, démissionnez !

INFOSPLUS

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x