L’Algérie est une chance pour toute l’Afrique

L'Algérie reprend le cours de son histoire
L’Algérie est une chance pour toute l’Afrique

On ne peut nier à l’Algérie les rôles prédominants qu’elle a joués à travers l’histoire des luttes pour la liberté ; elle demeure une vitrine pour le continent africain et mondial

L’Algérie est un exemple pour tous les peuples libres

Il est de coutume de dire que les peuples, très souvent, ne sont pas à la hauteur de leurs dirigeants (les élites). En Algérie, un pays où décidément tout prend une autre dimension, une autre tournure et parfois des sens contraires, on peut avec raison se demander si les dirigeants algériens sont à la hauteur de leur peuple.

L’Algérie peut être prise pour exemple par bien des Etats. Riche d’une histoire hors du commun, elle a toujours montré la voie. Elle est d’abord riche par la diversité de ses populations et la jeunesse composant celles-ci. Elle est ensuite riche par ses matières premières, notamment les hydrocarbures, mais également par une topographie et une géographie dont les beautés ne peuvent être contestées par nulle âme sur Terre.

Des manifestations dans le calme et la responsabilité civique de chacun

De la guerre d’Indépendance, qui lui valut plus que « du sang, de la sueur et des larmes » (Winston Churchill), à son émancipation politique et sociale marquée par une décennie noire de guerre civile (années 80/90/2000), l’Algérie a toujours pu compter sur la bravoure et la combativité inébranlables de son peuple soudé lorsque les dangers de l’extérieur exigent un sursaut patriotique.

Aujourd’hui, débarrassé de ce lourd fardeau de l’extrémisme et de l’intégrisme religieux, — je préfère ce terme aux vocables islamisme / islamiste utilisés pour dénigrer et salir l’islam par les médias occidentaux — le peuple algérien veut reprendre en main son propre destin.

Des jeunes, des moins jeunes, des anciens descendent dans la rue pour signifier leur indignité d’être représentés par un Président malade et physiquement inapte à gouverner ; tout cela dans un état d’esprit pacifiste qui force l’admiration. Les citoyens algériens ne sont pas particulièrement hostiles au Président Abdelaziz Bouteflika, au contraire la majorité loue le travail accompli par ce dernier. Ce que veulent les Algériens, c’est sortir de ce système « soviétique » paralysant et inadapté au monde moderne pour aller vers plus de liberté d’entreprise, d’égalité sociale et de démocratie directe.

Le pouvoir est en décalage avec les nouvelles aspirations du peuple

Comment est-il possible que les dirigeants algériens n’aient pas une seule minute pensé que la rue réagirait très négativement à un cinquième mandat d’un homme diminué et dans l’incapacité de représenter le pays ? Le peuple algérien n’ignore pas qu’il y a derrière tout cela une volonté manifeste, pour une petite poignée de personnes, de conserver leurs privilèges.

Victimes probablement d’un excès de confiance, du fait même qu’il ne s’est rien passé de sérieux sur un plan intérieur depuis plus de vingt ans, les responsables algériens ont donc commis, me semble-t-il, une faute politique majeure. L’après Bouteflika était une étape inévitable et cruciale ; ce sujet aurait dû être traité avec tout le sérieux qu’il mérite et depuis bien longtemps.

L’ANP (Armée Nationale Populaire), au pire des cas, assurera la transition vers une nouvelle Constitution et sera la garante de l’organisation de nouvelles élections libres dans le pays. L’armée est rompue à ces situations imprévisibles.

On peut cependant regretter le silence et la non prise de position du Chef de l’Etat-Major algérien, Monsieur Gaïd Salah. Dans les situations difficiles tout le monde doit prendre ses responsabilités, chacun à son niveau.

Depuis la diffusion de cet article, Gaïd Salah a pris la parole et assumé ses responsabilités : le Président Bouteflika a présenté sa démission et le Président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, assume depuis le 09/04/2019 l’intérim de la présidence pour 90 jours, et devra assurer l’organisation de nouvelles élections libres dans ce délai. Ce dernier a d’ailleurs promis un scrutin présidentiel transparent et régulier.

Touhami – INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.