Le nombre de soldats américains tués dans l’agression contre Gaza suscite une dispute et controverse

Le nombre de soldats américains tués dans l’agression contre Gaza suscite une dispute et controverse

Gaza – CPI

Un rapport publié par le Washington Post affirmant que des milliers d’Américains,  dont certains détiennent la citoyenneté sioniste ont participé à la guerre d’occupation sioniste contre la bande de Gaza, a soulevé de nombreuses questions sur l’étendue de l’implication américaine dans la guerre, et d’autres sur les restrictions imposées par les États-Unis. Les États-Unis devraient imposer aux détenteurs de la citoyenneté américaine le fait de combattre au nom d’un pays étranger.

Le Washington Post indique que des milliers d’Américains et de sionistes de nationalité américaine ont quitté les États-Unis pour s’engager dans les combats, à la suite de l’attaque lancée par le Mouvement de la résistance islamique (Hamas) contre les colonies d’occupation sionistes de la bande de Gaza, le 7 octobre, selon le site Web Al-Jazeera.

Le journal a déclaré que même si les Américains constituent moins de 2 % de la population d’occupation sioniste, 10 % des soldats tués à Gaza, depuis le début de l’invasion terrestre sioniste de la bande de Gaza, détiennent la citoyenneté américaine.

L’ambassade américaine à Jérusalem occupée aurait déclaré qu’au moins 23 citoyens américains avaient été tués, ces derniers mois, alors qu’ils servaient dans l’armée et la police de l’entité usurpatrice sioniste.

Le reportage du journal, préparé par les journalistes Steve Hendricks et Shira Rubin, comprenait des entretiens avec trois familles américaines dont les fils ont été tués lors des combats à Gaza.

Le rapport décrit les Américains décédés comme ayant en commun « leur fort engagement envers l’État juif, après avoir trouvé dans le pays qui les a adoptés une identité qui va bien au-delà de leur passeport américain ».

Des questions

Les informations contenues dans le rapport du Washington Post ont suscité une large interaction sur les plateformes de médias sociaux, où l’universitaire américain d’origine libanaise James Zogby a demandé : « N’y a-t-il aucune restriction sur la participation des citoyens américains à des crimes de guerre, tout en combattant au nom d’une entité étrangère ? »

Zogby a également demandé dans un tweet sur son compte sur la plateforme X : « Voyez-vous combien de colons sionistes commettent des crimes contre les Palestiniens et détiennent également la citoyenneté américaine ?

Cependant, un blogueur nommé Diala Shihadi a demandé, dans un tweet sur la plateforme X : « Si les citoyens américains peuvent mener une guerre sainte en Israël, d’autres citoyens américains peuvent-ils également mener une guerre sainte (ailleurs) ? Toutes les guerres saintes ne sont-elles pas égales ?

C’est pourquoi Bushnell s’est brûlé

Un tweeter appelé Nawal a commenté l’article du journal en disant : « Jour après jour, il devient plus clair pourquoi Aaron Bushnell a dit ce qu’il a dit et fait ce qu’il a fait », faisant référence au soldat américain qui s’est brûlé vif devant l’ambassade israélienne, à Washington, pour protester contre la position de son pays sur l’agression génocidaire sioniste contre Gaza.

Mardi dernier, le journal New York Post citait un de ses amis disant que Bushnell lui avait dit avoir vu des informations secrètes indiquant la présence de « forces américaines sur le terrain tuant un grand nombre de Palestiniens ».

L’ami proche – dont le journal n’a pas publié le nom mais a déclaré avoir vérifié sa relation avec le défunt – a expliqué que Bushnell l’avait appelé dans la nuit du samedi 24 février – c’est-à-dire quelques heures avant de s’immoler par le feu dimanche après-midi – et lui a dit que certaines des informations qu’il avait vues indiquaient que « l’armée américaine était « impliquée dans le génocide en cours en Palestine ».

Appels à la responsabilité

En réponse à ce qui a également été mentionné dans le rapport du Washington Post, une blogueuse nommée Stephanie a déclaré : « Si cela est vrai, j’aimerais vraiment connaître l’origine de l’affaire. » « J’ai vu il n’y a pas longtemps une vidéo sur un rabbin américain qui expulsait les Palestiniens de leurs terres avec sa bande. »

Elle a poursuivi : « Je me suis souvent demandé si (le rabbin) en subissait les conséquences ? Il semble qu’il puisse faire ce qu’il veut en Israël.

Quant au blogueur Assad, il a déclaré : « Ce serait bien de poursuivre en justice ceux qui ont survécu aux États-Unis pour avoir commis des crimes de guerre. »

Il a poursuivi : « Je ne serais pas surpris si le Congrès adoptait une loi leur accordant l’immunité. Je suis sûr que c’est à l’ordre du jour de l’AIPAC », faisant référence à l’American Israel Public Affairs Committee, un groupe de pression qui défend la politique pro-israélienne dans le pays avec les branches législative et exécutive des États-Unis.

Dans un autre commentaire sur le rapport du Washington Post, un blogueur nommé le juge Nazih a écrit : « Certains d’entre eux (les Américains combattant dans l’armée d’occupation sioniste) retourneront travailler au Congrès américain et au Département d’État. »

Source PalInfo

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter