Les Houthis ont frappé le talon d’Achille des États-Unis

Les Houthis ont frappé le talon d’Achille des États-Unis

Pour protéger les routes commerciales les plus importantes de la mer Rouge, les États-Unis appellent leurs alliés à conduire des convois armés sous la forme d’une force de la coalition en mer Rouge, mais ne sont pas encore prêts à se décider à attaquer les bases des Houthis au Yémen. 

Les attaques contre des navires marchands dans le sud de la mer Rouge et dans le golfe d’Aden, de plus en plus menées par les Houthis (le mouvement Ansar Allah du Yémen), pourraient provoquer un choc sur l’économie mondiale, perturbant le transit le long de l’une des routes commerciales maritimes les plus importantes du monde.

Les principales compagnies maritimes refusent, les unes après les autres, de faire naviguer leurs navires à proximité de côtes dangereuses. L’Égypte perd ainsi chaque jour des millions de dollars à mesure que moins de navires transitent par son canal de Suez. Les navires, y compris les pétroliers, doivent désormais faire un détour par l’Afrique, ce qui ajoute des semaines aux délais de livraison des marchandises. Par exemple, la route entre Rotterdam et Singapour est devenue plus longue de 5000 kilomètres. 

Le marché pétrolier a réagi avec la plus grande nervosité à la situation actuelle. Le prix des contrats à terme de février pour le baril de Brent sur la bourse ICE Futures Europe de Londres a atteint 80.210 dollars à midi ce 20 décembre. 

Une nouvelle menace sérieuse pour les routes de transport maritime a commencé à être activement évoquée par les médias mondiaux immédiatement après les premières attaques des Houthis. Même à cette époque, on craignait que les compagnies maritimes décident d’éviter la région pour des raisons de sécurité. Cela menace non seulement des coûts supplémentaires et une perte de temps de transport, mais aussi, selon les experts en transport maritime, un changement dans les chaînes d’approvisionnement mondiales en matières premières similaires à ceux observés lors de la pandémie de Covid-19

Le canal de Suez et le détroit de Bab el-Mandeb sont considérés comme des artères clés du commerce mondial. Grâce à eux, les marchandises sont acheminées entre l’Asie et l’Europe, y compris de la Chine vers la Russie et vice-versa. En outre, environ un tiers du trafic mondial de conteneurs passe par le canal de Suez. Les experts se souviennent de l’Ever Given, un porte-conteneurs qui y fut coincé et qui a bloqué le canal pendant une semaine en 2021. Les dégâts ont été estimés à 10 milliards de dollars. 

«Les porte-conteneurs abandonnent la mer Rouge»; «Les armateurs de porte-conteneurs ont de plus en plus abandonné mardi l’une des routes commerciales les plus fréquentées au monde», titre le Financial Times. 

Les autorités américaines, qui ont souligné à plusieurs reprises que le libre passage des navires en mer Rouge est extrêmement important pour le commerce international, ont annoncé mardi le lancement d’une force de la coalition en mer Rouge visant à protéger les navires marchands des attaques des Houthis, baptisée Prosperity Guardian. «Ces attaques irresponsables des Houthis constituent un grave problème international et elles exigent une réponse internationale ferme», a martelé le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, note Time qui liste les pays engagés, sans oublier les États-Unis qui dirigent la Task Force 153: Bahreïn, Canada, France, Italie, Pays-Bas, Norvège, Espagne, Seychelles et le Royaume-Uni.

44 navires de guerre de 10 pays participeront à l’opération, notamment le destroyer britannique HMS Diamond et la frégate italienne Virginio Fasan. Par ailleurs, lundi, une force de frappe américaine dirigée par le porte-avions Dwight Eisenhower s’est approchée du détroit de Bab el-Mandeb, au sud du Yémen. 

Juste après le 7 octobre, alors qu’Israël lançait une opération militaire à Gaza en réponse à une attaque du Hamas, les Houthis avaient déjà attaqué 15 navires marchands en mer Rouge, à l’aide de drones et de missiles. En outre, il a été signalé que des missiles balistiques volant du Yémen vers Israël avaient été interceptés. 

On peut conclure que les États-Unis, dans leur effort pour mettre fin aux attaques des Houthis, se sont heurtés à une controverse dans le monde arabe sur cette question. Les Émirats arabes unis, qui soutiennent le gouvernement du Yémen du Sud, insistent pour que les États-Unis agissent avec fermeté et, au minimum, réinsèrent les Houthis sur la liste des organisations terroristes. Dans le même temps, l’Arabie saoudite, qui a récemment conclu une trêve avec les Houthis après des années de combats transfrontaliers, craint une escalade qui pourrait conduire à des attaques contre ses champs pétroliers et ses infrastructures portuaires. 

Pendant que Washington réfléchit à ce qu’il va faire des Houthis, les médias occidentaux rapportent que l’administration Biden a établi des contacts avec Ansar Allah par l’intermédiaire d’intermédiaires à Oman. Dans le même temps, un représentant des Houthis a confirmé que les Américains les persuadaient d’arrêter les attaques, mais a déclaré que cela serait impossible jusqu’à la fin des combats dans la bande de Gaza. «Qu’est-ce qui est le plus important pour le monde: agir pour mettre fin aux crimes de génocide à Gaza ou protéger ses auteurs? Il existe une faille majeure dans le système international qui doit être corrigée», a publié Mohammed Al-Bukaiti, Membre du bureau politique d’Ansar Allah, sur X. 

Le ministre des Armées français, Sébastien Lecornu, a publié sur X au moment de sa rencontre avec Khalid bin Salman, ministre de la Défense de l’Arabie saoudite: «L’Arabie saoudite et la France partagent les mêmes objectifs: liberté de navigation en mer Rouge, stabilité au Proche et Moyen-Orient. Et une même ambition: consolider une relation bilatérale de défense déjà dense et ancienne». Ansar Allah a, de son côté, réafirmé sur X sa position contre Israël et dénoncé la position de l’Arabie saoudite: «La décision du Yémen et sa violation de toutes les règles d’engagement ont redonné à l’arabisme son statut et sa splendeur et ont prouvé que l’arabisme est synonyme de courage, d’honneur et d’altruisme»; «Quand l’Arabe agit pour se défendre et défendre sa dignité, les Américains et les Israéliens l’accusent de répondre aux directives iraniennes. L’Arabe était un lâche, sans dignité et sans honneur. Malheureusement, certains gouvernements arabes, ainsi que le mouvement wahhabite, ont adopté depuis longtemps ce discours sioniste, qui a renforcé les sentiments de défaite psychologique parmi les Arabes». 

Selon Time, «Sidharth Kaushal, chercheur au Royal United Services Institute spécialisé dans la guerre maritime, affirme que les pays de la coalition ont les capacités de défense nécessaires pour intercepter les missiles Houthis, mais que les coûts liés à la poursuite indéfinie d’un tel programme pourraient rendre les choses plus compliquées». L’expert affirme qu’ «à mesure que la coalition enverra davantage de navires de guerre dans la région au cours des prochaines semaines, la gravité de la menace diminuera probablement». Il prévient toutefois «qu’une telle stratégie pourrait ne pas être viable à long terme». Ici, aussi, l’intervention de l’Occident pourrait devenir longue et coûteuse pour elle-même sur le long terme.
 
«Si la situation finit par perdurer, Sidharth Kaushal affirme qu’il est probable que les États-Unis et d’autres membres de la coalition choisissent d’attaquer l’infrastructure de lancement des Houthis, comme ils l’ont fait en 2016 lorsque les Houthis ont lancé un missile de croisière de fabrication chinoise sur un navire américain. Les États-Unis ont répondu en lançant des missiles de croisière Tomahawk contre les sites radar soupçonnés d’être utilisés pour lancer les missiles», conclut Time. 

Le monde est face à une menace d’une grave escalade du conflit au Moyen-Orient. CNN rappelle que «les navires de guerre américains en mer Rouge ont combattu un nombre croissant d’armes tirées par les forces houthistes au Yémen au cours des dernières semaines, y compris une douzaine de drones». Les Houthis ont été capables d’attaquer un cargo en mer Rouge en y transportant des soldats avec un hélicoptère. 

Julien Le Ménéec

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter